les saisons du vent

19 mai 2010

3 ans et un dernier message ici

et voilà mon dernier message sur cette plate-forme.

il coïncide avec les 3 ans de ce blog....

fete_3_ans

il y a 3 ans,je créais ce blog .

ce qui (me) paraît si étonnant (mais pas vraiment),c'est que ce blog,par son existence même,m'a d'abord permis de mettre de la distance entre des situations difficiles et moi,ce qui a amené à une prise de conscience et de là à des actions au travers d'un changement radical de travail et de conditions de vie au travail.

alors bien sûr,j'ai beaucoup moins écrit,concentrée à me recentrer et d'une certaine manière à me reconstruire.

mais se profile peut-être un autre changement pour moi,aussi le besoin d'écrire se fait à nouveau plus pressant.

vous allez dire que c'est bien égoïste ou opportuniste,mais la réalité fait que de coucher par écrit des pensées et des sentiments un peu brouillons,permet de clarifier bien des choses.

-----------------------------------------------------------------------------------

bon assez de bla-bla,voici le lien du blog sur la plate-forme Wordpress:
http://saisonsduvent.com/

je vais y mettre la copie de ce message afin de faire la transition.
et puis dans quelque temps,je supprimerais définitivement ce (canal)blog

Posté par mirisa à 13:09 - - Commentaires [5] - Permalien [#]


14 février 2010

avant-dernier message

juste quelques mots pour dire que je suis en train de déménager ce blog.
enfin,son contenu.
car je ne me plaît plus ici,je m'y sens un peu à l'étroit en plus de devoir supporter des hôtes (pub)indésirables.

une nouvelle adresse,de nouveaux murs,mes billets préférés bien rangés en archives,
et enfin,je pourrais de nouveau écrire.

alors à bientôt,dès que j'ai fini de ranger,je signalerai ma nouvelle adresse.

Posté par mirisa à 17:44 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

30 novembre 2009

ordre et vaccin,suite et fin ?

voili--voilà les dernières nouvelles du front.

concernant le vaccin contre la grippe A

je me suis fait vaccinée il y a 2 semaines,un peu seule contre tous.
-parce qu'il y a 2 mois,j'ai contracté une maladie infantile que je croyais réservée aux années d'après-guerre:
-->la coqueluche
je n'étais pas vaccinée,alors que je suis vaccinée contre presque tout,y compris la variole,maladie disparue.
en fait,à chaque rappel DTPOlio que je faisais,le C de Coqueluche était oublié,inutile.
on se rend compte maintenant que le foyer de la coqueluche réside chez les adultes qui contaminent les petits bébés non vaccinés chez qui cette maladie peut être mortelle.
bref,j'ai déclaré une belle coqueluche qui m'a fait tousser 1 mois et demi dont 1 mois à dormir seulement 4 heures par nuit.
je peux vous dire que ce n'est pas marrant du tout et que c'est épuisant.
j'ai dû être arrêtée 2 semaines,une par éviction (contagieuse),une pour récupérer ma voix qui avait disparue (on ne me comprenait même plus au téléphone).
tout ça par défaut de vaccination.
au fait,un très bon site (en anglais mais Google paut traduire) avec une bande son de la toux de coqueluche:
http://www.whoopingcough.net/index.htm

tout ça m'a fait cogiter.
en plus,mon service est le service de référence des futurs grippés,donc sur 20 lits,je peux avoir 20 grippés.
je me suis dit que quand même,là,j'étais particulièrement exposée à accueillir le virus,après Bordettella Pertussis,pourquoi pas H1N1-type A ??
je n'avais pas envie de retomber malade.

je me suis donc décidée un jour,mais avant que je reçoive ce vaccin,il m'a fallu me motiver pour:
-plaider ma cause à la médecine du travail,car ayant coché une case "oui" dans le fameux questionnaire préalable,il me fallait un avis médical,et comme le médecin du travail n'était pas disponible (refus de sa part de s'occuper de ce vaccin),je devais aller voir mon médecin traitant,payer une consultation pour avoir une signature.......(au fait,parait-il que je suis en rang de priorité numéro 1,en tant que professionnelle-de-santé-exposée-aux-grippés....)
-aller dans un centre de vaccination,où on a édité mon bon sans problème mais où j'ai dû attendre....là, j'ai pensé au message de Roselyne qui disait qu'on était prioritaire,qu'on passait avant tout le monde etc..,alors je me suis un peu énervée et je suis repartie mais les personnes à l'accueil m'ont dit de venir en fin de soirée,alors comme elles étaient gentilles (bé oui,tout simplement,ça compte l'accueil finalement dans la motivation),je suis revenue en me disant que si je ne le faisais pas là,je ne le ferais jamais.
effectivement à 20h30,j'ai vu tout de suite le médecin et la piqûre derrière qui m'attendait.
mais bon,à l'époque,il n'y avait pas beaucoup de monde à vouloir le vaccin.
comme effets indésirables,je n'ai eu qu'une rougeur locale avec induration qui m'a rappelé les temps héroïques où l'on devait faire le vaccin (terrible) contre la typhoïde pour rentrer à l'école d'infirmières: 3 piqûres suivies d'une 4ème, 6 mois plus tard,injections qui faisaient mal,qui vous rendaient patraque 8 jours...mais là,personne ne disait rien.

de retour en 2009,dans mon service,jusqu'à ce jour,je suis la seule à être vaccinée.

et voilà qu'aujourd'hui,un vent de panique souffle.
quelqu'un est mort de la grippe,en quelques heures.
et les grippés arrivent en masse aux urgences,en réa,et dans mon service du coup,avec tout le protocole d'isolement.
les réunions de crise se succèdent.
comme par hasard,la cadre Reinette et les médecins (même le Tigre) veulent se faire vacciner.....dans l'urgence maintenant.
alors qu'il y a peu,ils clamaient tous que c'était inutile,que c'était une grippette.
des collègues commencent à paniquer,certaines sont entraînées dans le sillage du vaccin.
d'autres résistent toujours mais vacillent sur leurs certitudes.

comme quoi,il a fallu que la maladie devienne palpable pour que la vaccination soit vue d'un autre oeil.
quand je pense à l'opposition à ce vaccin,je me demande si ce n'était pas typiquement "français",avec du politique là-dessous.
faut toujours qu'on politise tout en France,en plus d'avoir un caractère râleur et opposant de principe.
cette vaccination de masse fait peur,les scandales français du sang,de l'hormone de croissance sont encore dans les esprits.
on nous ment....voilà ce que j'entends le plus souvent.
sauf que là,la prise de conscience se fait au contact d'un réel qui effraie par son caractère implacable.
c'est "drôle" de voir comment l'hystérie collective peut basculer d'un côté à l'autre.
car il y a toujours des gens qui meurent,par accident,par maladie ou par sévices (combien de milliers par an ?)

mais celui qui vient de mourir de la grippe A, fait sans doute résonner en nous une certaine culpabilité avec un sentiment d'impuissance (à qui le tour?),tout ça pour des principes.

trop bête.

 

 

Posté par mirisa à 17:12 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

19 novembre 2009

attention euthanasie

aujourd'hui s'est discuté au Parlement un projet de loi pour l'euthanasie active.
qui en parle ?
les dérives possibles me font frémir.

voici un article du Monde,écrit par un médecin et un philosophe,qui fait réfléchir:
http://www.lemonde.fr/opinions/article_interactif/2009/11/16/l-euthanasie-a-nouveau-en-discussion-au-parlement_1267587_3232.html

à faire suivre....

Posté par mirisa à 17:55 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

22 octobre 2009

100ème !

pour le 100è message de ce blog (j'y suis enfin arrivée!),
voici une petite vidéo très drôle qui me rappelle des souvenirs d'élève-infirmière (et d'infirmière aussi)
même si je ne suis pas IADE,j'y retrouve des comportements....bien croqués...

en plus,cela vient de Nancy et de son CHU,là où j'ai fait mes études il y a longtemps,longtemps,longtemps....
et rien qu'à entendre ce petit accent de l'Est,j'ai fait un bond de 20 ans en arrière.
ah..souvenirs,souvenirs....


élèves infirmiers anesthésistes CHU Nancy
envoyé par celinelebrun. - Découvrez des webcam de personnalités du monde entier.

Posté par mirisa à 15:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


08 octobre 2009

ordre et vaccin,III

je suis pessimiste quant à l'Ordre.

d'un côté,puisqu'il est chargé -dans les textes- de recenser tous les professionnels infirmiers,je ne vois pas pourquoi le Gouvernement se passerait d'une économie de plusieurs millions qui actuellement sont utilisés par ce fameux fichier Adeli,fichier géré par la DDASS,donc par l'Etat.

de l'autre côté,les infirmier(e)s....
pour dire le mot,en hôpital public,elles se fichent de tout ça.
par exemple,dans mon équipe,je suis la seule à m'y intéresser,que ce soit en positif ou en négatif.
et quand j'en parle,je vois bien que cela n'a aucun impact,que ce soit en positif ou en négatif.

personne n'a rien fait,que ce soit en positif (renvoyer le dossier et le chèque)
ou en négatif (manifester contre l'Ordre ou même,seulement en parler ).

et personne ne fera rien.
aucun intérêt pour la chose.

passives,voilà le mot.
prises par le train-train quotidien,personnel ou professionnel,elles ne pensent à l'Ordre que comme à un petit truc désagréable,auquel il faudra bien passer tôt ou tard,le plus tard possible évidemment,et seulement le couteau sous la gorge.

c'est comme ça que l'Ordre arrivera à s'imposer,le temps travaille pour lui.

un lien intéressant qui résume la situation actuelle: http://www.infirmiers.com/les-grands-dossiers/ordre-infirmier/cotisations-a-lordre-infirmier-bulletin-du-front.html

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

.........en ce qui concerne les vaccins contre la grippe saisonnière.....
depuis une semaine,ils sont arrivés dans le frigo.
ils attendent sagement d'être utilisés.

on sait qu'ils sont là,mais on les oublie...comme un petit truc désagréable,auquel il faudra bien passer tôt ou tard,le plus tard possible évidemment,et seulement le couteau sous la gorge.

sacrées infirmières !!

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Posté par mirisa à 14:09 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

28 septembre 2009

ordre et vaccin,II

suite du feuilleton ordre et vaccin dans mon service

-l'Ordre Infirmier
un préavis de grève a été déposé pour le 30 septembre et le 1er octobre
pour le salut de l'hôpital,j'ai été assignée à mon poste comme gréviste réquisitionnée.
bon....l'appel des syndicats demande à ce que les infirmier(e)s viennent avec leur dossier vierge devant chaque DDASS
....pour le brûler en place publique.
hum....ça ne me plaît pas trop,ça fait un chouïa hystérie collective.
mais à l'heure du règne de l'image,ce qui compte c'est de frapper les esprits derrière les écrans.
j'ai comme un doute pourtant, sur la participation réelle de grévistes à ces manifestations.
sans doute,le nombre de non-renvois de dossiers sera-t'il plus parlant.
on verra bien.

-le vaccin
pratiquement tout le monde accepte le vaccin contre la grippe...saisonnière.
c'est déjà ça;
maintenant c'est juste la liste des volontaires qui est faite,les vaccins eux,ne sont pas encore dans le service.
prochaine étape,le vaccin contre la grippe A ?
la direction le souhaite,mais les soignants niet.
on verra bien,là aussi.

Posté par mirisa à 16:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 septembre 2009

l'Ordre Infirmier... malade ?

le 2ème évènement qui met les infirmières hors d'elles et les aides-soignantes heureuses de ne pas être infirmières,est bien sûr l'envoi du dossier d'inscription à l'Ordre National Infirmier,avec un chèque de 75 euros.

pour ma part,cela faisait longtemps que je m'y attendais,me renseignant à droite à gauche sur le sujet.
depuis, en fait, que j'avais reçu à ma grande surprise les feuillets m'invitant à élire les représentants de l'Ordre.
c'est là que j'ai découvert qu'une loi avait donné naissance à cet Ordre en 2006.
jamais je n'en n'avais entendru parler avant...,il n'y avait eu aucune information,aucune concertation des infirmières demandant un avis pour la création de cet Ordre.

paf,il était là et il fallait voter.
mes collègues ayant toutes jetées leurs enveloppes au panier,je suis venue me renseigner sur le Net.
étant donné que nul ne peut ignorer la Loi,je me suis astreinte à voter en m'informant au maximum sur des candidats inconnus qui ne se foulaient pas au niveau de leur profession de foi....même du temps des Romains,on faisait mieux.
lors de ces élections,on causait du bout des lèvres d'une cotisation obligatoire,ou alors vite fait,vague allusion d'une somme de 20 à 30 euros environ.

autant dire que l'annonce ferme et définitive à 75 euros m'a bien fait tiquer.
multiplié par 400 ou 500 000,ça fait un sacré budget.
en plus,côté infirmière hospitalière,il ne sert à rien du tout puisqu'il y a tout un tas d'instances qui encadre la profession,et ce n'est pas un Ordre,même voté en bonne et due forme, qui y changera quelque chose...

bon...je me suis raisonnée....j'ai lu les arguments de l'Ordre.... et je me suis dit que l'argent étant le nerf de la guerre,il fallait bien ça pour asseoir l'autorité et la puissance d'une organisation chargée de défendre la profession Infirmière.
même si j'ai la chance de travailler actuellement dans de bonnes conditions,je sais que c'est rare,mes expériences passées m'ayant fait goûter l'amertume d'un métier abandonné et en souffrance.
je me suis dit qu'il fallait donner sa chance à cet Ordre,et puis qu'on n'avait pas le choix,vu qu'il y avait une Loi derrière tout ça.

comme quoi,vous voyez,de nature à respecter les lois,je n'étais pas une farouche opposante à cet Ordre,puisqu'une Loi justement avait procédé à sa création....
juste que ça me faisait penser aux anciennes guildes du Moyen-Age,où chaque profession était strictement réglementée et ses membres soigneusement sélectionnés pour en garantir l'excellence (idéalement).
comme quoi,ce n'était pas nouveau,ça nous a donné des cathédrales mais aussi la Révolution pour finir.
mais là,je m'égare.

par contre...par contre.....
quand j'ai reçu le dossier d'inscription et que j'ai lu ce qu'on m'y demandait,là je me suis bloquée.
passe encore de filer l'argent.
mais les renseignements demandés...non.

il faut savoir que je suis inscrite au fichier Adeli de la DDASS,j'ai déjà un numéro où mon identité apparait,mon diplôme y a été enregistré et mon employeur idem,tout ceci sur preuves,étant obligée de me déplacer en personne avec pièce d'identité,diplôme original et tutti quanti..
je suis fonctionnaire titulaire depuis près de 17 ans,tous les papiers ont également fournis en ce sens.

-ce qui me dérange,c'est qu'après 17 ans passé au sein du service public,on me redemande de prouver mon identité,mes capacités à soigner...comme si j'étais dans l'illégalité la plus complète....alors que je suis enregistrée à la DDASS...
et que si je ne me plie pas à tout ça,je serai dans l'exercice illégal et alors je pourrais être virée,tout bonnement.

-ce qui me dérange,c'est qu'on me demande mon dernier bulletin de salaire et mon contrat de travail ainsi qu'un justificatif de domicile....pour des statistiques parait-il....mais les statistiques sont anonymes non ?

-ce qui me dérange,c'est qu'on me demande toutes mes coordonnées,adresse,téléphone fixe et portable,adresse mail,....pour quoi faire,puisque mon employeur les a déjà (et encore, même pas tout ça) ? à qui cela servira-t'il surtout ?

-ce qui me dérange,c'est qu'on me demande une photo......pourquoi ? pour une carte professionnelle ? qui me servira à quoi,puisque je suis employée à l'hôpital ?

-ce qui me choque surtout et principalement,c'est qu'on me demande le nom de mes parents pour que cet Ordre puisse avoir accès à mon casier judiciaire n°2.
celui que moi-même je ne peux avoir...
soi-disant pour garantir la bonne moralité de l'infirmière en exercice..
comme s'il y avait un ramassis de personnes douteuses dans la profession
comme si un casier vierge pouvait garantir l'humanité,la compétance et la probité de l'infirmièr(e) qui vous soigne.
et un(e) infirmier(e) ayant fauté et payé sa dette à la société, mais exerçant son métier avec compétance et dévouement,doit-il (elle) payer à vie ???

quand je vois le mot morale,ça me fait fuir,car d'abord son sens fluctue selon les lieux et les époques.....et puis quand on commence à parler de morale,l'autoritarisme n'est pas loin.

d'un point de vue pragmatique,les brebis galeuses repérées par les employeurs ne font jamais long feu.
et si elles ne sont pas repérées,ce n'est pas l'Ordre infirmier qui sera en mesure de le faire..
le manque de moralité et de probité font rarement l'objet de condamnations,le manque d'humanité encore moins...ça se saurait.
quant au manque de compétance,donc une absence de diplôme,le numéro ADELI  est là pour ça,je rappelle que l'on doit montrer l'original du diplôme d'infirmière à un fonctionnaire de la DDASS pour avoir ce fameux numéro.

enfin pour finir,je m'inquiète de la destination de tous ces précieux éléments que l'on doit fournir.
l'Ordre a fait appel à une société de sous-traitance pour enregistrer cette masse de confidentialité.
quelle est cette société ?
quelle est sa "moralité" ?
pourquoi nos coordonnées (et CV ?) seront disponibles sur Internet ?

ça me stupéfie littérralement.
quand on sait qu'il y a des réseaux de piratage informatique (côté pays de l'est notamment)
quand on sait qu'en fournissant les données personnelles de 500 000 personnes (avec photo !),il peut y avoir usurpation d'identité de 500 000 personnes...?

qui me garantir qu'il n'y aura pas un trafic de pièces d'identité dont je serai la victime et qui,pour le coup viendrait garnir mon casier judiciaire vierge,m'envoyer en prison pour des délits et crimes que je n'aurais pas commis ?

l'idée de ce cauchemar ainsi que le sentiment d'intrusion dans ma vie privée feront que,
non,jamais je ne pourrais remplir ce dossier aux relents d'Histoire nauséabonds.

je ne sais pas comment vont tourner les choses,
on dit qu'il y aura des "exemples",des infirmier(e)s récalcitrants qui seront poursuivis et virés pour exercice illégal de la profession pour non-inscription à l'Ordre.
ça sera le monde à l'envers.
avoir donné tant et tant au monde des malades pour finir comme ça.....quelle dérision.

-----------------------------------------------------------------------------------------------

pour info,voici la teneur de ce dossier à remplir:
http://www.infirmiers.com/pdf/Dossier-d-inscription-au-tableau.pdf

et la position de l'Ordre sur les pièces demandées:
http://www.ordre-infirmiers.fr/wp-content/themes/default/pdf/Questions-reponses_dossier-inscription.pdf

Posté par mirisa à 10:23 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

25 septembre 2009

Ordre vaccinal

en ce moment à l'hôpital,il y a 2 choses qui mettent le petit monde soignant en ébullition:
la vaccination contre la grippe A et  l'Ordre Infirmier.

curieusement ces 2 évènements surviennent en même temps,ce qui potentialise leur rejet,avec ce sentiment croissant qu'il y en a "marre d'être pris pour des moutons".

la vaccination d'abord:
l'autre jour,la cadre est venue demander les noms des "volontaires" pour se faire vacciner,ce d'autant plus que notre service a été officiellement désigné pour accueillir les futurs grippés éventuels.
on était toutes réunies autour de la table des transmissions,équipe du matin et équipe de l'après-midi,dans une joyeuse ambiance.
autant dire que l'annonce de Reinette a jeté un froid.
devant le silence des unes et les coups d'oeil appuyés des autres,elle remit ça:
-bon alors..?..l'Administration me demande des noms...
-et vous faites quoi vous,Reinette ?
-heu..je pense que je vais le faire aussi,oui...certainement...
-et les docteurs,ils font quoi ???
-je pense que le Tigre va se vacciner aussi...et vous pouvez avoir confiance en lui,il est toujours au courant de tout,alors si lui le fait,on peut y aller sans crainte!
-moi,je me vaccine si le Tigre se vaccine..!
-moi aussi!...
-moi pas et on peut pas m'obliger!!
-pareil pour moi,pas question de me faire vacciner pour me retrouver dans un fauteuil roulant..!
-ouais,pourquoi on s'rait sacrifié d'abord ???
-d'abord c'est une toute petite grippe,alors qu'ils arrêtent de nous emmerder avec ça !!

tout le monde s'exclame à la fois avec vigueur,on ne s'entend plus,et il faut dire que les "contre" sont très majoritaires.
la cadre s'adresse à moi en me demandant ce que je vais faire.
prudente et sceptique,je répond que je me vaccinerais si le Tigre se vaccine,avec le vaccin du même labo bien entendu...
ayant vu à la télé,quelques jours auparavant,un Professeur de Maladies Infectieuses hésiter et manier la langue de bois devant une journaliste qui lui demandait si lui,il allait se faire vacciner,j'en ai gardé un trouble méfiant à l'égard de toute cette campagne de vaccination.
Reinette répondit qu'elle allait transmettre le message au Dr Tigre.
une aide-soignante qui n'a pas sa langue dans sa poche me dit alors:
-comment tu peux leur faire confiance ???...ils nous prennent pour des cobayes !..déjà qu'on va devoir se coltiner les malades de la grippe,d'ici à c'qu'ils nous enferment ici avec eux..!...ils nous prennent pour des cons à la Direction,y z'ont qu'à montrer l'exemple!..pourquoi nous d'abord ??
-bon écoute,ça se défend l'idée du vaccin,regarde je me fais bien vacciner tous les ans contre la grippe normale et ça va...
par contre,il y a un truc qui me dérange,cette précipitation à le fabriquer,cette histoire d'adjuvants,ces médecins qui ne veulent pas se faire vacciner....
-et les chefs,t'oublies les chefs..!!!.....non,non,non,on m'aura pas,on est en France,on est libre,je me ferai pas vacciner!
-mais si les chefs et les docteurs se font vacciner ???
-je sais pas....déjà,ils faudrait qu'ils le fassent devant moi,que j'ai la preuve de mes yeux vus,parce que,hein!, on les connait,tous menteurs et compagnie...!

un peu plus tard,Reinette est revenue dire qu'elle retirait ce qu'elle avait dit,à savoir nous pousser à nous vacciner....
la raison ?
apparamment,associé au vaccin,on demande au joyeux volontaire de signer un papier déchargeant l'Etat,l'Hôpital et le Labo de toutes responsabilités au cas il arriverait,par malheur,une complication due au vaccin.
et le Tigre,venu confirmer ce fait,a dit que par principe,il ne signerait jamais ce genre de papier parce que,justement,on ne sait jamais....
dont acte.

moi,ça me fait doucement rire jaune toute cette farce.
et je rêve à quoi auraient pu être employé les milliards dépensés dans cette campagne de vaccination...

Posté par mirisa à 14:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

22 septembre 2009

Bilan de confiance

me revoilà.

après une aussi longue absence,je me dois de faire un petit bilan annuel,en écho à la fameuse évaluation annuelle que tout agent de l'hôpital public connait bien.

donc,cela fait 1 an que je suis dans ce service...et je suis bien.
c'est drôle de se le dire,un peu inquiète aussi (pourvu que ça dure..),mais je savoure enfin pleinement d'aller au travail.
bizarre.

la chose qui me "kiffe" le plus comme disent les jeunes,c'est la confiance.
confiance que me témoignent mes collègues qui se tournent très souvent vers moi pour un avis,un conseil,une décision.
confiance que me témoigne ma cadre "Reinette" qui,je le réalise,m'a aidée à prendre confiance en moi.
confiance enfin que me témoignent les médecins,ce qui n'est pas la moindre des choses pour moi,je l'ai déjà évoqué.

et comme une fleur,je m'épanouis dans ce climat.
je me rends compte également de la chance que j'ai,je peux comparer quand je regarde en arrière:
depuis une dizaine d'années,je baignais dans un climat assez violent au travail,que ce soit au niveau de la pathologie,de la prise en charge,du type de patients,comme des collègues et de la hiérarchie ou plutôt de son absence.
j'allais au boulot comme au combat.
ça a été à l'origine de ce blog,qui ne reflète qu'une petite partie de ce que j'ai vécu.

c'est à l'occasion d'une formation sur la gestion de la violence et l'agressivité à l'hôpital que j'ai réalisé tout cela:comme autant de poissons morts,des scènes surréalistes sont remontées à la surface de ma mémoire.
je les visualise maintenant avec incrédulité...comme j'ai fait pour tenir....et là,des visages disparus m'apparaissent,il faut que je les fasse revivre ici,avant que le temps et l'oubli définitif ne fassent leur oeuvre.

le bilan positif de ces années,c'est que cela m'a donné une certaine force et sérénité,qui sans doute transparait dans mes attitudes.
mais encore une fois,c'est dans un terreau bienveillant que le positif peut germer.

je me rappelle quelques remarques de ma cadre au début que j'étais là...
j'étais très méfiante vis-à-vis des médecins,j'ai mis du temps à leur accorder confiance -non pas professionnellement car là,ça a été immédiat- mais sur leur personne,leur probité,leurs valeurs et leur considération envers une infirmière,nouvelle de surcroît.
Reinette ne comprend pas pourquoi j'ai douté si longtemps qu'ils m'apprécient vraiment.
une "traumatisée" qu'elle disait,cherchant l'ombre quand les médecins étaient là,mais étant toujours présente pour les patients et les collègues.
elle a cherché à savoir,il lui fallait une explication rationnelle,genre chirurgien tyrannique et despote m'ayant écrasée sous sa botte.
c'est plus complexe.

comment peut-elle se rendre compte de l'isolement dans lequel j'étais,où la seule personne sur qui je pouvais compter c'était moi ?
comment peut-elle se rendre compte du nombre de fois où j'ai dû aller au-delà de mon simple rôle d'infirmière?
parfois je faisais la psychologue de bazar,la chef à 2 barettes,quelques petits diagnostics avant d'en convaincre l'interne (l'art de pousser en douceur vers la bonne voie),l'aide-soignante bien sûr,le croque-mort aussi....
et tous ces patients qui comptaient sur moi,qui allaient jusqu'à m'attendre pour exprimer leurs besoins physiques comme psychologiques...
toute cette confiance qu'ils avaient en moi d'emblée,qui m'obligeait à l'excellence et en même temps qui me faisait peur,car je manquais d'outils,de formations,de moyens,de temps,et surtout de soutien,tant médical que hiérarchique que du côté de mes collègues.
et avec tout ça,je restais un "fantôme",à peine connue des médecins et des cadres pour qui je n'étais qu'une paire de bras dont la valeur se jugeait à la présence ou non au travail.

oui,j'allais au travail comme au combat,le but étant d'arriver au bout de la nuit,en sécurisant les patients au maximum,en ayant le moins de casse possible.
j'en paye le prix maintenant,ayant une HTA sous traitement,ma diastolique visant les sommets au-delà de 10.

aujourd'hui,j'ai repris avec bonheur ma place de simple infirmière,chaque membre de l'équipe a un rôle qu'il remplit.
et la pression s'est tellement allégée,l'impression d'une fluidité que j'accueille avec bonheur.
je savoure ces conditions de travail, plus que toute autre dans l'équipe.

alors si à l'entretien d'évaluation annuel,Reinette m'a prévenue que ma note allait baisser,au nom d'une péréquation (alignement de la note par rapport à la note moyenne de l'établissement) pour l'égalité des agents,cela m'importe peu au regard des appréciations qu'on me porte et qui m'ont émue aux larmes.

parce que je ne pensais pas,moi la fille de l'ombre,qu'on pensait cela de moi.
la "traumatisée", comme dit Reinette, commence à guérir.

Posté par mirisa à 12:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]